Texte uniquement | Anglais
Version graphique | Anglais

Le personnel du PACA :

Le PACA s'appuie sur un secrétariat composé de membres du personnel de la CUA (Commission de l'Union africaine). Ces personnes ont ensemble une longue et solide expérience des aflatoxines en Afrique.

Dr. Amare Ayalew,
Responsable de programme
E-mail : Amarea@africa-union.org
Secrétariat Bio

   
Wezi Chunga-Sambo,
Responsable de programme
E-mail : Chungaw@africa-union.org
Secrétariat Bio
   
Winta Sintayehu,
Responsable de programme
E-mail : Wintas@africa-union.org
Secrétariat Bio
   
Mahlet Sileshi,
Assistante administrative
E-mail : Sileshim@africa-union.org
Secrétariat Bio
   

Notre vision : une Afrique libérée des effets nocifs des aflatoxines

À propos du PACA

Le Partenariat pour la lutte contre l'aflatoxine en Afrique (PACA) est un organisme collaboratif visant à protéger les cultures, le bétail et les personnes des effets des aflatoxines. En luttant contre ces toxines, le PACA contribue à améliorer la sécurité alimentaire, la santé et les échanges commerciaux sur le continent africain.

La vision du PACA :

Une Afrique libérée des effets nocifs des aflatoxines.

La mission du PACA :

Soutenir le développement agricole, protéger la santé des consommateurs et faciliter les échanges commerciaux en catalysant, en coordonnant et en renforçant le contrôle des aflatoxines tout au long des chaînes de valeurs agricoles en Afrique.

Les principes du PACA :

Pour décider où, quand et comment agir, le PACA se base sur les principes suivants. Les interventions doivent :

  • Avoir un fort potentiel d'impact, dans l'idéal à court et moyen termes, et une forte probabilité de succès
  • Se baser sur des faits scientifiques sérieux et des évaluations des risques, le cas échéant
  • Être transversales et traiter les effets nuisibles des aflatoxines dans l'agriculture, la sécurité et la nutrition alimentaire, le commerce et la santé
  • Se concentrer sur des actions ne pouvant être menées à bien que par le PACA
  • Bénéficier des liens étroits entre le PACA et la Commission de l'Union africaine pour être politiquement bien acceptées
  • Être de nature transfrontalière, de manière à pouvoir étendre les projets pilotes réussis à l'échelle régionale ou continentale
  • Intégrer dans leurs critères et règlements des approches globales de politique et de lobbying, de développement de capacités et des mesures avant et après récoltes
  • Chercher de manière proactive à répondre aux besoins de, à s'engager avec et à profiter aux personnes pauvres en ressources, femmes, enfants et adolescents, entre autres acteurs
  • Être viables sur le plan économique et environnemental

Le rôle du PACA :

Fournir un leadership et une coordination aux différents efforts de contrôle des aflatoxines en Afrique, en jouant essentiellement le rôle de catalyseur, de facilitateur, de partenaire et de vulgarisateur de connaissances, de développeur de projets et de centre d'informations. Le PACA prône aussi la mise en place de politiques et d'institutions, l'augmentation des investissements et la mobilisation des ressources, et doit en dernier recours agir en tant que sub-ventionneur pour soutenir les actions prioritaires de contrôle des aflatoxines.

La stratégie du PACA et les domaines de travail stratégiques :

Le PACA a développé une stratégie 2013–2022, basée sur les informations reçues des parties prenantes au cours de l'Atelier de consultation des parties prenantes pour le développement de la stratégie du PACA qui a eu lieu à Dar Es Salaam, en Tanzanie, en avril 2013. Lors de cet atelier stratégique, les parties prenantes ont identifié cinq thèmes complémentaires comme objet de travail pour le PACA :

À l'intérieur de ces domaines stratégiques ont été identifiés des domaines clés, où des interventions vont être entreprises par le secrétariat du PACA, les partenaires stratégiques et les parties prenantes en Afrique.

Plus de détails sur le PACA dans notre brochure.

Membres du comité directeur du PACA et leurs remplaçants :

  • Commission de l'Union africaine (représentée par le Dr. Abebe Haile Gabriel)
  • Fondation africaine pour les technologies agricoles (représentée par le Dr. Francis Nang'ayo)
  • Fondation africaine de médecine et de recherche (représentée par le Dr. Florence Temu)
  • Fondation Bill & Melinda Gates (représentée par M. Orin Hasson)
  • Marché commun de l'Afrique orientale et australe (représenté par Mme Martha Byanyima et M. Brina Nsonfu)
  • Internationale des consommateurs (représentée par Mme Onica Makwakwa et M. Henry Kimera)
  • Fédération des agriculteurs d'Afrique orientale (représentée par M. Stephen Muchiri)
  • Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (représentée par M. Ernest Aubee)
  • Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (représentée par le Dr. Jean Kamanzi et M. Mohamed Ag Bendech)
  • Forum pour la recherche agricole en Afrique (représenté par le Dr. Wale Adekunle et le Dr. Wole Fatunbi)
  • Institut international d'agriculture tropicale (représenté par le Dr. Ranajit Bandyopadhyay et le Dr. Victor Manyong)
  • Consortium panafricain de l'agro-industrie et de l'agrobusiness (représenté par Mme Lucy Muchoki et M. Cris Muyunda)
  • Agence des États-Unis pour le développement international (représentée par M. Jeff Hill et Mme Jennifer Maurer)
  • Secrétariat du PACA (représenté par le Dr. Amare Ayalew)